23 décembre 2012

WINTER CAMP FESTIVAL : ROZI PLAIN ET BRNS

On ne pouvait pas rater ça. 
D'un côté les belges survoltés de BNRS, le projet qui nous a mis une baffe monumentale cette année, de l'autre, la fragile anglaise Rozi Plain, dont le dernier album Joined Sometimes Unjoined nous avait fait voyager.
On se retrouve donc à cette soirée de clôture du très prometteur et du très vivement-la-deuxième-édition-en-2013 Winter Camp Festival à la Flèche d'Or.

Rozi Plain ne nous déçoit pas, un set où l'émotion est dans son plus simple apparat, une sorte de justesse des mélodies, une présence délicate. Uniquement accompagnée d'une trompettiste (à qui le souffle manque parfois, donnant d'autant plus de fragilité et de naïveté au concert) et d'un bassiste, Rozi Plain sait contenir un public au silence le plus studieux, explosant en petites ovations à la fin de chaque titre. 
On est parti à nouveau, vers des voyages, en gardant les pieds sur terre néanmoins. 



Ils sont très attendus pour la fin de soirée, le public s'amasse en devant de scène tel un groupe de touristes en vacances dans une rame de la ligne 2 à une heure de pointe, la mauvaise humeur en moins. Le jeune groupe belge qui avait fait mouche à Rock En Seine cette année, remplit aujourd'hui des salles. On entend "ce sont des cinglés". L'énergie est hallucinante, les morceaux impeccables. BRNS sait aussi faire redescendre l'énergie avec des nouveau morceaux plus intimistes, pour ensuite étirés des titres phares comme our lights. On veut les revoir absolument, une claque monumentale. On adore.



Photos © Maxime Pascal
Un grand merci au Winter Camp Festival

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire