23 octobre 2012

THOMAS AZIER / HYLAS 002 \\ L'IMPÉRATRICE / L'IMPÉRATRICE EP


Hier, lundi 22 octobre, deux petites perles de musiques électroniques ont vu le jour, deux EP, incontestablement différents, aux univers bien tracés, aux ambitions bien trempées.


Thomas Azier sort sont deuxième EP, Hylas 002 (Hylas Records / BMG), trois titres d'un noir sublime, d'une lumière éclatante. Ici de Berlin, scène électro qu'on-ne-présente-plus, l'artiste s'est engagé dans une trilogie Hylas, dont le deuxième volet envoûte et accroche. Des ambiances urbaines (on y entend des matériaux, des cloches d'église sur Angelene), des voix qui s'envolent dans des rythmes dry, flirtant souvent avec des apogées dramatiques, dont le titre Shade of Black serait un pré-générique, en attendant Hylas 003. Maitre de l'analogique, Thomas Azier a néanmoins une maîtrise du numérique impressionnante. On découvre des sons surprenants et entêtants comme cette pulsation très industrielle (un tuyau en plastique ?) sur Angelene. Non dépourvu de mélodies, l'EP mêlent spectacle électronique et récital symphonique aux accents pop pour un Hylas 002 (là aussi un titre très matérialiste et encré dans un présent oppressant) qui n'oubliera pas, sur les deux premiers morceaux, de vous donner envie de bouger !

THOMAS AZIER


Autre style, autre sexe, autre sensualité, moins froide et préférant les afro eighties aux immeubles en acier trempé : L'impératrice. Un EP sous le label aux grandes oreilles (dénicheurs de sensations auditives) : Cracki Records.
Une rencontre entre un groove complètement prenant et aux sons intemporels. Bourrés de références, les quatre morceaux de cet EP donnent la bougeotte. La pièce maîtresse, éponyme, ouvre le bal, et offre un flow et des compos mêlant groove numérique à un érotisme jazzy (hum, ce saxo...) rappelant la fraîcheur et l'énergie de Misteur Valaire. Belle et cruelle, L'Impératrice offre sur un plateau à paillettes un empire addictif...

Deux univers qui tournent la tête, qui envoûtent, j'en suis sûr, faites l'expérience.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire