22 septembre 2012

NAIVE NEW BEATERS / LA ONDA


Bang Bang dans ta face, les Naive New Beaters reviennent, gonflés à bloc, un deuxième album, le plus hot de la rentrée.
Complètement groovy, les Naive New Beaters nous avaient charmés avec Jersey, un titre carrément sautillant qui s'est vu illustré d'un clip en jogging moulant, à la fous du volant.
David Boring garde son flow ultra entêtant, les guitares de Martin Luther BB King restent saturées et il s'excite toujours sur sa pédale wa-wa, enfin, Eurobelix donne le beat de ses machines, les samples c'est lui aussi.
Même si la dégaine est kitsh, qu'ils ont des têtes à claques et que l'accent de David Boring devient insupportable à la longue, on n'arrive pas à les oublier et la curiosité était à son comble à l'idée de découvrir le deuxième album : La Onda.
Petits salauds qu'ils sont, ils ont fait un album carrément à la hauteur. Merde. On pensait dire "ça ne durera pas les Naive New Beaters", perdu. La Onda est... il faut le dire... vraiment chouette.
Dès le premier titre, nommé non sans humour Special Thanks, on sait que les Naive ont gardé l'humour et l'énergie tant aimées sur Wallace. Ces pros de la pop chaloupée (l'adjectif ultime du premier album), pondent douze titres ultra dansant, drôles, et fort bien construits.
Le morceau le plus marquant est clairement La Onda (tube ultime, détrônant certainement Live Good ou Just another day). Le plus surprenant Friends, sorte de ballade, à la guitare sèche, autour d'un feu de camp, rapidement rejoint par les samples et les beats de Eurobélix.
La Onda prouve qu'il ne faut pas se foutre de la gueule des Naive New Beaters les summer potes trop stylés ont de la ressource. 
On regrette juste de ne pas avoir pu bronzer cet été avec eux...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire