19 juillet 2012

JONATHAN BOULET / WE KEEP THE BEAT, FOUND THE SOUND, SEE THE NEED, START THE HEART


Cette cover album deviendra parmi les plus célèbres, à l'instar d'un Strange Day des Doors ou d'un London Calling des Clash. Jonathan Boulet, australien d'origine, pourrait donner toutes ses lettres de noblesses à un proverbe type "le nom ne fait pas l'homme". On s'attend derrière un Jonathan Boulet à une quelconque chanson française à base de nan nan nan et de quelques piteuses notes de pianotage. Eh bien non. N'en seront pas bernés les malins qui auront écouté le premier album (Jonathan Boulet - 2010) de l'artiste.

Sous les airs d'une cover trash, ivresse et froid, l'album au titre sur le podium des plus longs (la première place étant donnée ce mois ci à Fiona Apple avec The Idler Wheel Is Wiser Than The Driver Of The Screw And Whipping Cords Will Serve You More Than Ropes Will Ever Do), We Keep The Beat, Found The Sound, See The Need, Start The Heart est pourtant un sacré concentré d’optimisme, lancé en confettis par des chœurs ultra présents comme sur Mangle Trang, des instruments aux sons orientaux ou africains, comme le xylophone, marimba ou assimilés sur This song is called Ragged, les senza ou des envolées plus aiguës du chanteur. L'album s'ouvre sur un essouflant You're an animal, annonçant l'énergie qui sera déployée dans cet album carrément DIY, décomplexé et destroy, aimant à jouer avec les ruptures de rythmes, les extravagances tant dans la musique que dans la voix, mêlant les sons très boisés aux larsens de guitare très garage.


La clôture de l'album, avec Cent Voix, est un accompagnement reposant vers la fin de We Keep The Beat, Found The Sound, See The Need, Start The Heart, une piste de 8.33 minutes où les chantonnements de chœurs, frôlant le spirituel, viennent ramener vers des territoires plus calmes.
Radieux et audacieux, le deuxième opus de Jonathan Boulet est une perle musicale. J'ai honte de ne découvrir qu'aujourd'hui ce dingue sous crack, cet animal (collective) sous c., cet hallucinogène artiste qui vous ferait vomir dans un coffre à jouets.


Le clip de This song is called Ragged



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire