22 juin 2012

LIVE REPORT : CHEVEU + YROYTO / POGO AU MUSÉE


Je n'aurais jamais pensé me retrouver à La Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration le soir de la fête de la musique.
Je n'aurais jamais pensé que Cheveu pourrait y donner un concert.

Pourtant si. On a ricané pendant la journée en pensant à la pluie qui tombait et nous qui avions prévu d'être à l'abri. Bon, le ciel a tourné, ils ont eu de la chance.


Where Do You Come From ? L'événement intriguait. Créé pour l'occasion de la Fête de la Musique, le groupe de rock noise lo-fi Cheveu rencontrait l'artiste plasticien Yro pour une exploration unique. Entre images d'expériences laborantines d'Yro, travaux matérialistes usant de procédés chimiques appliqués à la photographie argentique, installations lumineuses minimalistes, des barres de lumière se mouvant durant le concert, et, du côté de Cheveu, instruments analogiques, cris saturés, guitare lourde, le forum de la Cité s'est vite fondu dans l'ambiance de concert.

Un laboratoire scénique.

Alors le public s'avance doucement et relativement discrètement dans le forum, immense salle avec un puit de lumière (qui deviendra, pour Yro, un support créatif), c'est avec plus d'agitation qu'il s'est laissé emporter par l'énergie de Cheveu. Pour l'occasion, le chanteur a sorti un petit "C'est mal quand même", histoire de rappeler que le public allait vivre un spectacle vivant au sein d'un musée, plutôt habitué aux "chut" répétitifs d'agents assis sur des chaises en plastique couleur saumon, terminant avec brio la douzième grille d'un sudoku niveau 3.


Le répertoire habituel du groupe est accompagné plus ou moins clairement par la vidéo, les deux formations faisaient parfois chemins parallèles sans vraiment se rejoindre dans une unité artistique, même si le résultat global était assez réussi. Le premier rang danse, saute, un pogo éclate puis un remarquable slam ; le jeune homme pourra en effet dire qu'il a traversé du bout des bras d'un public quasiment toute la longueur du forum de La Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration. Balèze.

Jouant sur les nuances de gris, sur les couleurs pleines et primaires, les stroboscopes, les spectres lumineux, Yro, a su mettre en ambiance le concert et transmettre de vraies émotions, surtout dans les titres "un poil bourrins" comme disait David, chanteur de Cheveu.

Une belle expérience, un concert fort, un moment sortant du commun des concerts parisiens, offrant à cette création un goût de succès.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire