27 mars 2012

REPORT : LE PRINCE MIIAOU / DOC + SHOW CASE À POMPIDOU

 Le Prince Miiaou - Les Primeurs de Massy 2011
© Maxime Pascal

C'est une expérience surprenante mais émotionnellement forte que je viens de vivre ce soir au Centre Pompidou, dans le cadre du chouette festival "Cinéma du Réel".
Un documentaire de 102 minutes réalisé par Marc -Antoine Roudil sur Le Prince Miiaou, ou plutôt, véritablement sur Maud-Élisa Mandeau et son travail de composition en mode "autiste" - comme elle me confiait en octobre dernier lors d'un "Aujourd'hui avec" (à revoir en fin de post).



Un documentaire qui, il faut le dire, pose d'entrée de jeu le style, de longs plans séquence, d'une dizaine de minutes, si ce n'est plus. Il faut avouer que les premières minutes sont longues puis il se passe quelque chose d'étrange, une sorte de transposition de son statut de spectateur passif qui sort du boulot à celui d'actif et torturé de la compo. Une étrange sensation qui provient - on le comprend donc - de ses longs plans séquences fixes qui nous laissent entrer à part entière dans la peau d'une Maud-Élisa Mandeau perfectionniste, démarrant chaque morceau ex nihilo, s'acharnant à trouver des riffs de guitare Fender majestueux, fumant clopes Interval sur cafés expresso dans une maison de campagne.
La création devant son ordinateur de ce qui deviendra Fill The Blank With Your Own Emptiness, son troisième très bon album, se fait devant les yeux d'un spectateur qui semble lui souffler "tiens bon, le morceau est dans ton dernier album, tu vas donc réussir à tirer un chouette truc de ce que tu fais !". On se sent véritablement happé par les émotions, le stress, l'énervement, le doute, le découragement et enfin le plaisir de la scène, tout cela grâce à la caméra juste et simple de Marc -Antoine Roudil.
Oui, on met un petit peu de temps à comprendre d'où l'on part et où l'on va, mais la réalisation suit du début à la fin la conception d'un album, de la première note au concert et au fameux "merci" au public.
Merci qui est d'ailleurs le moment où Le Prince Miiaou est entré sur la scène de la grande salle du Centre Pompidou pour un show case de quelques chansons dont on venait de suivre la "laborieuse conception" - pour reprendre une nouvelle fois les termes de Maud-Élisa Mandeau. Et quel chemin a été parcouru depuis les doutes à se ronger les ongles jusqu'à une prestation live de fin de tournée ensorcelée par la confiance et la décontraction apparente.
Un rappel se fait entendre dans le public assis sur les sièges rouges, le groupe reviendra et annoncera qu'il n'y aura pas de rappel, un peu marre de jouer ces morceaux... !

Nous avons donc suivi en deux heures l'entière création du projet Fill The Blank With Your Own Emptiness par ce documentaire et ce show case, un moment immergé dans la vie d'un musicien, ouvrant les yeux de beaucoup sur ce décor pas si magique...

Aujourd'hui avec Le Prince Miiaou :

/a>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire