28 mars 2012

BRETON / OTHER PEOPLE'S PROBLEMS


Je crois que je n'avais pas pris une telle claque musicale depuis un bout de temps. Une rafale musicale envoûtante qui s'écoute sans cesse, un réflexe physico-mental qui oblige, par on ne sait quelle force, ton index à appuyer sur play à nouveau dès que l'album se termine, qui oblige ton corps à onduler sur des rythmes parfois saccadés et torturés. 
J'ai écouté le dernier album de Breton, Other People's Problem.

Breton ne l'est pas. C'est un groupe anglais qui a lu Breton (André) un jour et qui a bien aimé le surréalisme, cette idée s'est alors imprimée dans leur patronyme scénique. Breton naît.


C'est sous l'excellent label Fat Cat Records que le groupe sort un nouvel album. Après les délicieux EP dont on retient souvent Blanket Rule EP, Breton a su édité un projet musical drôlement bien ficelé, dans les moindres détail. Le groupe, ayant d'abord évolué dans la sphère audiovisuelle, a su créer ici un disque très aérien et sans pourtant s'éloigner de leurs amours plus violentes et froides. Breton n'a pas hésité à mélanger les styles, usant de chœurs ou de cordes pour donner souvent aux morceaux cet espace et ce caractère grandiose tant appréciable.
Les titres sont souvent entêtant, dès Pacemaker, l'ouverture de l'album, le cerveau imprime les mélodies et les textes. Interference est aussi un excellent exemple d'addiction ultra rapide au style de Breton.
Ce qui fait la grande force de Other People's Problem c'est aussi ce grand coup de pied dans les aprioris que l'on pouvait avoir en classifiant le groupe trop rapidement dans la catégorie électro ou synth pop. 
C'est un vrai album nourrit de plein de styles, utilisant certes les machines et les samples, mais qui a su trouver et retranscrire de belles influences de rock anglais un peu garage, comme peu facilement le prouver Wood and Plastic, un titre qui se plante en plein milieu du l'album qui broie littéralement tous les acquis. 
Chaque piste est construite et fouillée dans le détail, on pourrait presque écouter chacune séparément tant elles représentent à elles-seules de petites entités autonomes. Néanmoins c'est une vraie peinture de passions que l'on amène sur ce nouvel excellent album.

Certainement le titre le plus taillé pour les charts : Interference...


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire