25 septembre 2011

ARTHUR H / BABA LOVE


Après son album piano / voix Mystic Rumba et cette tournée qui était pour le public un expérience musicale unique, Arthur H revient avec un nouvel album, une ode à l'amour, Baba Love, un diablement bon album.

Arthur H est audacieux, sa musique est personnelle, acoustique, timide parfois. Pourtant terriblement dansants, certains morceaux de Baba Love s'écouteraient en club.
C'est une poésie libre, une sorte de source intarissable de vers. Poésie puissance mille, une grâce qui fait frissonner. Baba Love, douze chansons qui pourraient plus se rapprocher d'Adieu Tristesse, l'album est rempli d'histoires, de joie et d'amour.
 
Il écrit bien ce gars.

Comme on dit, les ingrédients : de l'amour, de l'art, de l'humour, des voyages, du sexe. Rien d'innovant ici, vous me direz, pour l'Homme du Monde qui va pourtant créer une recette musicale unique, incroyable, le genre de recette qui surprend les gens, celle où l'on dit, "il n'y a pas que ces ingrédients, quoi d'autres ? Dis, dis !" Le plus, c'est cette voix, une nouvelle fois que l'on redécouvre, roque, organique, profonde, intelligiblement parfaite, où chaque mot explose de tout son sens à l'oreille.
Mais il y a aussi les invités de cet album : Izia, sur La beauté de l'amour (un coup de cœur de l'album) qui pose sa voix de rockeuse de façon géniale et cohérente, Saul Williams, sur Le paradis il est chinois et Basquiat est envoûtant, Claire Farah sur trois titres et ses reliefs frissonnants, cette poésie décuplée et aussi Jean-Louis Trintignant. L'album se clôt avec un titre raconté, une histoire parlée où la voix rythmiquement parfaite de Trintignant impressionne et n'amène qu'au silence et à l'écoute. C'est l'ivresse des hauteurs.
Un nouvel album extraordinaire, un retour à un Arthur H qui pourtant nous surprend encore par les sons aussi, vintage et rétro.

Bravo, j'en suis baba.

Quelques dates d'Arthur H et Baba Love :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire