12 août 2011

ORNETTE / CRAZY


C'est en voyant ce post ce matin que je me suis dit "ça y est", la machine Ornette, la bombe pop à retardement était en marche, le 26 septembre ça va péter ! C'est le moment de faire cette chronique, le bon moment, plus tôt aurait peut-être été trop tôt...

Crazy. C'est le nom du premier album d'Ornette. Ornette, le genre de filles qui énerve, qui ne découvre que trop tard que la voix qu'elles ont est géniale, esthétiquement parfaite pour se mettre à chanter. En plus, musicalement, l'album Crazy est une tuerie.
Ornette crée de véritables chansons pop, qui bougent et donnent envie de bouger, le son est impeccable, les arrangements parfaits, un vrai beau travail de studio. Mais ce sont aussi des chansons "grosse baffe" d'une émotion innée, pas artificielle pour un sou, quelque chose dans la voix et la poésie musicale, le chœur qui suit la voix telle une ombre délicate, une voix d'arrière plan qui donne un relief émouvant à la voix principale.


L'album sur The Dawn, un titre qui laisse septique au début jusqu'à ce que la voix s'envole vers des divagations hautes. Les trois chansons suivantes, Phone Call, Crazy, et ce fameux "Oh, what a day" qui reste en tête suivi du "Oh, oh, oh"..., Today is the Day, confirment parfaitement le style groove et crazy de l'artiste. Et arrive, la fameuse chanson "grosse baffe", celle qui vous fait vous arrêter en plein mouvement : There's a man. Du piano accompagné de cette trompette avant que la voix envoûte. Cette chanson peut faire penser à certains morceaux de Lisa Ekdahl, et c'est chouette.
L'album oscille entre titres funk, groove, pop, des chansons posées et merveilleusement bien ficelées, un régal à chaque écoute, car je pense qu'il faut plusieurs écoutes pour vraiment sentir l'ampleur du talent d'Ornette.
Accompagnée de son fidèle piano qu'elle avait entraîné derrière des Peter Von Poehl, Alain Bashung ou Arthur H, c'est dire, son parcours avait été remarqué avec ses premières parties de Yaël Naïm. L'album Crazy, très attendu, sortira le 26 septembre (surveillez cette date, il y aura d'autres excellents albums à sortir, on en parle sur Les Interweb). On aurait pu trop vite l'étiquetter Jazz, mais cela aurait été sans connaître l'amplitude de styles que traverse ce premier album dont quelques chansons tournaient déjà sur le web et sur certaines bonnes fréquences comme Inter.
Peinturlurée, elle fait face sur cette pochette d'album qui représente, je trouve, parfaitement l'univers Ornette, pleins de couleurs, de styles différents mais qui forment une unité, car chaque univers musical est amplifié par l'Ornette Touch, un vrai bel album, à écouter, réécouter, réérécouter etc. jusqu'à ce que le disque rende l'âme et vous plonge dans la plus affreuse des tristesse. Non, prenez-en soin, c'est un bijou. ***


Le teaser de l'album (déjà publié en ces lieux) :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire