20 août 2011

HOUSSE DE RACKET / ALESIA


Ils sont revenus ! On les attendait avec impatience... Je voulais chroniquer plus tôt ce nouvel album du duo français Housse de Racket, usant d'une exclusivité d'avant première d'écoute d'Alésia, et boum, Deezer propose une écoute intégrale de ce deuxième opus.

Racket ? Oui, un jeu de mots bien trouvé. Les parisiens Pierre et Victor en effet rackettent chaque style musical, de la pop à l'électro en passant par les subtilités du rock français pour créer un style véritablement abouti sur Alésia. Une défaite gauloise ? Une victoire parisienne en tout cas.

Entrant en jeu avec Human nature, le deuxième album amène vers des pistes pop anglaise aux sonorités électroniques bien ficelées. Confirmées par Roman, le titre qui depuis quelques temps mettait l'eau à la bouche à tous ceux qui attendait Housse de Racket - Le Retour, les influences anglo-saxonnes à la Two Door Cinema Club ressortent comme point de départ du travail sur ce deuxième album.
Milieu de disque, Alésia, titre de l'album et morceau pivot offrant des grands espaces et des chœurs grandioses que le morceau suivant, Ariane, soulève. Le style électro-atmosphérique s'affirme. La french touch d'Housse de Racket est bien agréable aussi, donnant une légèreté et une naïveté aux morceaux comme sur TGV, le dernier titre de l'album.
Un grand vent de fraîcheur, une envie de danser, un vrai renouveau par rapport au trop discret Forty Love, Alesia perd l'auditeur dans des vagues de styles équivoques à la sauce Housse de Racket. Les arrangements sont aboutis et propres dans un univers pas toujours évident à développer sans que la critique ne le qualifie d'"underground", comprenez bordélique ou brouillon.
Le groupe a su prendre le virage au bon moment, un album où la musique est au premier plan. De recherches en recherches le groupe propose Alésia, un deuxième très bon album.

Découvrez Roman


1 commentaire:

  1. Bon , je tiens un des meilleurs album de 2011 . Ca fait plaisir de les voir grandir a ce point , surtout aux yeux du grand public qui a tendance a passer a coté d'albums de cet acabit

    RépondreSupprimer