28 juin 2011

LUCE / PREMIÈRE PHALANGE

Extravagante, audacieuse et talentueuse, Luce présente Première Phalange un ouf album où elle a su s'entourer d'une brochette de dingues artistes. On aime beaucoup, c'est A Luce Inant... (moyen le jeu de mots...)

Podcast du Grand Journal de Canal +, live de Luce, bon, je ne connais pas cette demoiselle. Boum, débarque une artiste colorée et fofolle avec L'été noir, premier titre de son premier album qui s'appelle Première phalange. Première fois que je voyais ladite Luce, entendu parler avec Sauciflar et Calendos qui se ventait qu'elle porte une broche de sa création durant un live sur M6.
BREF,
Live, bim, claque, séduit, j'adore.
La voix, les textes, les musiques. Rafraîchissant et drôle avec une sacrée dose de talent, Luce impressionne de son aisance sur ce morceau où, fermant les yeux, certains airs de Catherine Ringer à la belle époque des Rita se mêlent à un style qui bouscule les modes actuelles.

C'est en français que Luce propose un album haut en couleurs où chaque chanson est comme un album à lui seul. 15 chansons, 15 styles, représentatifs d'une personnalité multiple et audacieuse pour qui se cantonner à un style trop stricte est simplement inimaginable. Des presque rocks avec Manger du sable, un titre sado-maso terriblement sensuel et drôle avec La Fessée, une anecdote simpliste et parlée, très personnelle et délicate pour La Compote, une chanson aux instrus que l'on pourrait parfois voir gérées par des mariachis chez La Symphonie d’Alzheimer... Bref, on en prend de partout et toujours avec plaisir.
Luce c'est aussi un travail avec trois marginaux géniaux de la musique actuelle : Orelsan (que l'on retrouve sur le titre La Machine où il prend les traits d'un mec de 15 ans de Caen, Katerine pour la folie et la poésie décalée et Mathieu Boogaerts pour les instrumentations envoûtantes, la poésie en retenue et la délicatesse.
C'est amusant, je me disait que le dernier titre, L'amour Blême, aurait pu être chanté par Carmen Maria Vega et c'est en fait le même qui écrit ses paroles et cette chanson : Max Lavégie...
Luce, ça claque.
Découvrir Première Phalange (même si le lien donné ici vous emmène sur un site de musique gratuite payante vous avez cinq heures pour écouter l'album, mais gardez un peu de temps il y a beaucoup de coups de cœur en ce moment...)
Et le clip ici :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire