26 février 2011

EN LIVE (chronique) : CHARADE

Dernière date en province, mais pas de sentimentalisme exubérant, Jeanne Cherhal n'aime pas ça, même si le public ressent bien l'émotion particulière que produit ce concert.
Elle revient avec cette quatrième tournée, entourée de La Secte humaine, quatre mecs, des gorilles comme elle dit, aux looks remarquables. Ils apportent la pop mettant alors sur un piédestal la chanteuse Jeanne Cherhal, qui assume totalement sa féminité, dans ses vêtements de paillettes, cheveux courts et rouge à lèvres. Un vrai show, avec des temps très rocks mais aussi des moments de pause comme par exemple un solo de piano mené par Jeanne Cherhal, assise sur un so sexy tabouret de moumoute, le clou du spectacle à ses yeux ! On danse, elle met le feu à la salle, les textes sont explicites mais toujours justes, la musique emporte, les charades pausent, La Secte humaine porte le tout ce qui laisse un espace de jeu appréciable pour la chanteuse qui se plaît à titiller ses musiciens, domination féminine oblige. Ce soir, c'est la dernière à la Maroquinerie, on lui souhaite le meilleur, une tournée qui restera celle d'un album renouveau après le discret L'eau, une véritable femme de scène, bête, dompteuse de lions humains, pianiste accomplie pour pop survoltée. Pop !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire