23 novembre 2010

FLORENT MARCHET



Je sais qu'on en a déjà parlé et parlé encore et encore.
Je sais que l'album Courchevel de Florent Marchet est sorti en octobre, qu'il aurait été préférable de faire une critique sur ce blog au mois d'octobre.
Je sais que parler d'un album deux mois après qu'il soit sorti, c'est ringard.
Je sais que de ne pas avoir dit "oui, c'est vrai que c'est bien" quand tout le monde disait "c'est vrai que c'est bien" rend asocial, terriblement out.
Je sais que j'aurais dû écouter l'album en octobre, à sa sortie.
Je sais que, je sais que, je sais que, je sais que vous m'emmerdez avec vos principes à la con, je viens juste de l'écouter l'album et ouais, pas avant, maintenant le gars, rebelle le bloguer, le mec il n'écoute pas les albums quand on lui dit de les écouter parce que "oui, c'est vrai c'est bien".
Je suis comme ça.
Et Florent Marchet, c'est bien. Je connaissais pas (v'lan, dans la face de tous ces journalistes aux références pompeuses). Ce style complètement inqualifiable (re v'lan, dans la face des experts en classification musicale, hip hop groove session pop avant gardiste, je ne sais quoi) avec ces montées vocales fabuleuses qui emmène dans un univers où la moustache et le jacquard sans manche sont in.  J'adore Courchevel, on aurait envie de dire que c'est kitch, que c'est photo d'alpinisme noir et blanc dans restaurant d'altitude mais non, c'est plus que ça. Les narrateurs de ses histoires changent d'une chanson à l'autre (des "tu" et des "lui") donne un relief et un réalisme déroutant à cette observation constante d'une middle-class souvent reculée , regardant de loin la folie bourgeoise. Les arrangements sont d'une perfection sans pareille, on ne peut pas enlever ce talent à l'artiste, qui avait travaillé ce point avec La Fiancée.
Les mauvaises langues le rapprocheront de l'excellent Arnaud Fleurent Didier, mais les deux experts ont leur univers terriblement différents et aboutis même si l'ambiance rétro, contre jour sur photo polaroid pourrait être un leitmotiv commun.
Si ce n'est pas déjà fait, allez écouter Florent Marchet, et, par la même occasion Fleurent Didier.
Catogan et poing en avant, révolution, je lance contre les forces de la République des phrases anar. Rebelle, le mec.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire